Le Tyrol en road trip moto : guide complet et circuit en Autriche

Visiter le Tyrol et les Dolomites

Juste après les Dolomites, continuez votre road trip moto au Tyrol en Autriche. Il regorge de paysages incroyables, de cols à couper le souffle avec des routes que vous n’êtes pas prêt d’oublier. J’ai passé quelques jours à visiter ce Tyrol dans tous les sens, et je n’avais jamais vu de de montagnes si belles avant ! Je vous ai concocté un petit circuit avec les principaux points d’intérêts dont forcément le mythique Grossglockner.

 

 

1. Idée de mon road trip moto dans le Tyrol


Partir en voyage moto dans le Tyrol, c’est un truc qui me faisait rêver depuis longtemps. Mais ça me paraissait tellement loin comme endroit… Et si je partais en road trip ? Et tant qu’à faire, et si je passais par tout un tas d’endroits superbes en moto ? C’est comme ça que j’ai dessiné un circuit pour visiter les Dolomites et le Tyrol en même temps ! Ça se fait sur une petite dizaine de jours, et le guide complet est disponible en téléchargement ici 🙂 Je vous détaille absolument tout dedans, hébergements, pleins d’essence, traces GPS, etc…

Comme d’habitude le rythme proposé permet de profiter au maximum des paysages, et de faire des pauses photos, café ou restaurant. Voyons ça de plus près !

 

2. Comment venir dans le Tyrol ?


Le Tyrol étant vaste, pour y aller il y a plusieurs options. Soit par la Suisse, soit par l’Allemagne, soit par l’Italie. C’est cette dernière possibilité que j’ai choisi. Pourquoi ? Tout simplement pour pouvoir me faire les Dolomites en même temps.

Je vous propose donc de démarrer votre circuit moto dans le Tyrol par le sud, en démarrant très fort par un col particulier…et surtout le Grossglockner. Je vous les détaille dans les paragraphes suivants.

Si vous ne voulez pas faire la partie Italie, il faudra arriver par la Suisse, et en profiter pour enchainer ses plus beaux cols. L’arrivée par l’Allemagne est moins fun pour un motard. Mais…ce serait dommage 🙂

 

3. A quelle période faire un road trip dans le Tyrol ?


Si vous venez en plein été, clairement vous avez toutes les chances d’avoir un beau temps, en revanche, les routes seront blindées… Personnellement j’ai choisi tout début septembre, et …c’était génial ! J’ai eu beaucoup de chance côté météo, pas de pluie ! Ciel bleu, pour apprécier les montagnes du Tyrol c’était parfait.

Attention de ne pas faire votre road trip moto dans le Tyrol trop tôt car…certains grands cols seront encore fermés avec la neige. En partant autour de l’été, on est aussi certain que tout sera encore ouvert côté hébergements et restaurants.

 

4. Quel budget pour un voyage dans le Tyrol ?


Comme pour tout voyage il faut s’attendre à un bon budget. Ici l’essence est chère, c’est à prendre en compte et à évaluer selon la consommation de votre moto, et le nombre de kilomètres parcourus par jour.

Pour les hébergements, vous verrez à la fin de cet article ma sélection pour ne pas se ruiner…mais c’est une région riche donc assez chère. Dans mon guide complet pour visiter le Tyrol je vous détaille mes dépenses.

En cas de dépassement de budget vous pourrez toujours faire des économies en faisant votre popote vous-même, et pour avoir le bon matériel pour cela, consulter mon article sur le matos en camping moto.

 

5. Jour 1 : l’arrivée en Autriche


Comme je vous le disais, pour faire un voyage à moto inoubliable dans le Tyrol, autant arriver par l’Italie et ses Dolomites. Et pour cela je vous fait passer par une pépite : le col passo di Stalle pour l’italien, ou Staller Sattel en autrichien. La bébête culmine à 2052m d’altitude mais ça…c’est courant. Ce qui l’est moins, c’est que ce col est une véritable course !!!!

Mais qu’est-ce qu’il nous raconte celui-là ? Et bien jugez par vous même, vous arrivez en bas du passo di Stalle et là, paf, un feu rouge… Du jamais vu ! Le concept est simple, la route est si fine, qu’on ne peut passer que dans 1 sens. Donc, ils ont mis un feu de chaque côté et c’est chacun son tour pour gravir les quelques kilomètres.

On peut passer dans 1 sens pendant 1 quart d’heure, et ça laisse 1 quart d’heure pour monter, après, on inverse. Donc mettez-vous en situation, vous arrivez, une marée de motos et de voitures attendent en vrac de partout, il reste 20 minutes à attendre… Quand le timing arrive au bout, c’est un départ de course qui s’annonce ! Tout le monde fait chauffer sa moto, s’équipe, et quand le feu passe au vert, c’est un départ en trombe pour gravir le passo di Stalle.

Il est au final assez court, mais les paysages sont complètement dingues pendant tout la montée. Vous pourrez le constater avec ma vidéo sur ma chaine YouTube. Une fois au sommet, on a un superbe vue sur les montagnes du Tyrol et le petit lac supérieur.

Photo du sommet du col Stalle dans le Tyrol.

Il faudra alors enchainer la descente vers un camping à la ferme que je vous ai trouvé, avec un restaurant typique, frais et local !

 

6. Jour 2 : le Grossglockner à moto


Le Großglockner culmine à 3798m d’altitude, ce qui fait de lui le sommet de l’Autriche. Alors autant vous dire que vous ne pouvez pas le manquer pendant votre road trip moto dans le Tyrol ! En revanche, il faut que je vous annonce tout de suite un concept étrange mais typique de l’Autriche…il est payant ! Oui oui, vous avez bien lu, pour rentrer dans le parc national du Grossglockner, il y a un péage. Et ce n’est pas donné, même en moto… pratiquement 30€ ! Bon…il faut voir cela comme un parc d’attraction pour motards, comme une activité ou une visite…ça aide à avaler la pilule. Mais je n’ai jamais regretté d’avoir payé pour venir ici.

Photo du péage du Grossglockner dans le Tyrol.

Après le péage du Grossglockner, l’idée est simple : monter tout au sommet. Vous allez voir défiler des paysages splendides pendant toute la montée. Une fois au sommet, si vous êtes en moto, tirez tout au fond, il y a un parking spécialement réservé aux motos, et vous serez devant le belvédère pour observer la star locale.

Photo en drone du Grossglockner au sommet.

Si vous vous entendez bien avec votre banquier, vous pourriez même vous permettre un café au restaurant panoramique tout au bout, en terrasse s’il-vous-plait !

Photo d'une pause café face au Grossglockner.

Ensuite pour continuer, il faut redescendre par la même route, pour remonter sur l’autre versant, il reste encore pas mal de surprises ! C’est en roulant tranquillement et en appréciant le paysage et les sommets enneigés, que d’un coup je vois tout le monde qui part sur une mini route à droite… Tiens ? Qu’est-ce que c’est ? Pourquoi ? Aller hop demi-tour, à 28 balles le parc je veux l’explorer en profondeur 🙂 Et bien c’était le bon choix ! Après 7 ou 8 épingles qui grimpent sévèrement, je me retrouve sur un parking / promontoire. Je gare la Transalp, et je monte sur le point de vue « Edelweiss », et là…la claque ! Je me retrouve face au Grossglockner et les sommets alentours. La vue est mémorable !!!

Photo du Grossglockner depuis la panorama Edelweiss.

Cette fois-ci on peut reprendre la descente et continuer. Mais ça, … c’est ce que vous croyez, il va y avoir encore de nombreuses pauses photos car ce Parc National du Großglockner est magnifique peu importe le côté duquel on le regarde. Si vous voulez aussi en prendre plein les yeux, mon circuit pour visiter le Tyrol à moto pourra vous guider vers les meilleurs endroits.

Photo de la descente du Grossglocker vers le Nord.

En remontant au nord après avoir fait le Grossglockner il est possible d’aller voir les chutes d’eau de Krimml, mais c’est encore payant, et pas non plus spectaculaire, alors on continue. L’idée est d’aller maintenant voir un bout des paysages allemands, dans l’extrême sur de la Bavière. Le petit col de Thurn va nous donner la direction pour rejoindre le parc national de Berchtesgaden et le lac Konigssee. C’est ici que je vais trouver un camping dans un cadre vraiment sympa !

 

7. Jour 3 : Rossfeld Panorama Strasse et cols allemands


La raison principale pour laquelle je suis venu en Allemagne durant mon road trip moto dans le Tyrol, c’est pour venir voir la célèbre Rossfeld Panorama Strasse. Encore une route payante…oui…je sais…bon aller c’est 5€, allons-y. Nous voici en pleine forêt bien verte, sur une route propre, heureusement, on vient de la payer…

Il s’agit d’une petite boucle d’environ 20 kilomètres, avec en son sommet, un point de vue sur tous les alentours. La petite balade était sympa, bien qu’elle mériterait une bonne randonnée mais je suis en moto alors…je continue ma route !

J’ai décidé de me faire une collection de cols frontaliers entre l’Allemagne et l’Autriche. Du coup je vais m’en enchainer 3 pour passer tantôt d’un côté, tantôt de l’autre. Ce petit jeu va me faire enrouler des routes tranquillement, en profitant des paysages.
Dans mon guide de voyage pour le Tyrol, je vous propose de dormir avant la vallée, sans trop s’approcher d’Innsbruck, pour rester dans un joli cadre. Tout en étant assez proche de ma surprise de demain…

 

8. Jour 4 : le fabuleux Timmelsjoch Passo Rombo !


Lorsque j’étais au lac de Misurina, un italien un peu âgé est venu me voir sur le parking. Il avait la même Transalp que moi, mais couleur or. On essaye de discuter mais il ne parle qu’italien, et moi que français ou anglais… Mais avec des gestes et de la bonne humeur, il me demande quels sont mes plans, et rebondi dessus en insistant pour que je fasse le col du Rombo. Ce mot m’avait déjà été recommandé sur Instagram…il est temps de changer mes plans et de suivre les conseils locaux ! Et bien…c’était certainement le plus beau col de ma vie !

J’ai donc improvisé une boucle me faisant repasser en Italie pour aller faire d’abord le col de Monte Giovo. Vous avez tout le tracé comme d’habitude avec mon guide à télécharger. Ce col démarre avec une route un peu abîmée, bon je suis habitué à l’Ardèche alors…je grimpe ! Les virages s’enchainent, certains font la course, c’est vrai que la route s’y prête bien. Puis on sort des bois et les montagnes se dressent devant nous, woow ! Quel spectacle. J’enchaine encore les pauses photos et prises de vues en drone.

Au sommet, je fais ma pause casse croute, il y a un petit restaurant alors j’en profite. En voyant l’autre côté du col, je comprends vite que la plus belle partie arrive, et elle est indescriptible, une merveille de la nature. Les apprentis Marquez s’en donnent à cœur joie, on entend rugir les Ducati à des kilomètres…

Photo en drone du col Monte di Giovo dans le Tyrol.

J’entame ensuite ma descente sur les contreforts du « Parc Naturel Gruppo di Tessa », cap sur le Timmelsjoch / col du Rombo ! J’avoue que j’ai des attentes bien fondées vu tout ce que j’ai entendu sur ce col « Passo di Rombo« , son nom italien. Il ne va pas falloir longtemps pour que je me rende compte qu’il est au-delà de mes attentes. Impossible de le retranscrire à l’écrit, il faut le vivre. Déjà, pour l’atteindre, il faut plus de 20 kilomètres de plaisir. Et son secret, c’est qu’il n’arrête pas de changer de type de paysages tout au long de l’ascension. Au début c’est vert, et c’est un peu vallonné.

Puis on passe quelques virages et à chaque sortie c’est un nouveau spectacle qui s’offre à nous, j’ai assurément battu mon record de pauses drone !

Photo de la monté du col du Rombo.

Photo de la vallée vers le col du Rombo dans le Tyrol.

Jusqu’ici, impossible de savoir où est le sommet du Timmelsjoch Passo di Rombo, il y a des sommets partout. Certains apparaissent même avec de la neige au fur et à mesure que je monte. J’arrive à un long tunnel et je comprends que le sommet se rapproche, mince, je viens de rater un spot photo juste avant le tunnel, alors demi-tour juste à la sortie, je veux encore ramener d’autres souvenirs.

Photo des glaciers en montant le col du Rombo à moto dans le Tyrol.

Il est temps d’aller voir le sommet, je suis en plein milieu d’un massif incroyable. C’est juste hallucinant, moi qui aime les montagnes, j’ai l’impression d’être à un buffet à volonté ! Voici enfin la panneau du col du Rombo, j’y suis ! Je pose la Transalp à presque 2500m d’altitude, et c’est parti pour un shooting photos et vidéos.

Photo du Col du Rombo Timmelsjoch à moto.

Photo de la vallée depuis le col du Rombo en Italie.

Photo du sommet du col du Rombo dans le Tyrol italien.

Photo du panneau du col du Rombo.

J’en ai pris plein la vue, j’ai des images plein la tête, il faut redescendre, et comme d’habitude, ce n’est pas fini !!! Dès le début de la descente la route tourne autour des sommets enneigés et des glaciers. Puis elle descend le long d’un petit cours d’eau, et la verdure revient.

Photo de la descente du col du Rombo.

Puis, au détour d’un virage, sans que l’on ne s’y attende, paaaaf encore des chaines de montagnes, et des vues à couper le souffle.

Et puis…toutes les bonnes choses ont une fin, mais de retour en Autriche, c’est une fin payante, baaah oui je sais, encore une fois… 15 balles le passage pour une moto… sinon il aurait fallu tout refaire dans l’autre sens. Le côté italien est gratuit, mais la suite du Tyrol est en Autriche alors…

 

9. Jour 5 : les plus beaux paysages du Tyrol et la Silvretta Strasse


Pendant un passage à Imst dans un camping, le patron me demande un peu quels sont mes plans. Je lui expose et il me sort tout un tas de cartes Google Maps, d’un circuit du Moto Club Gold Wing du coin.. Ce qu’il me recommande fortement me rallonge une journée déjà bien longue. Mais vu le succès du col du Rombo, je décide de l’écouter et je m’adapte un nouvel itinéraire. C’est celui que vous trouverez dans mon guide pour faire votre road trip moto dans le Tyrol, et c’était encore une merveille.

C’est assez fou de se réveiller dans une ville complètement entourée de hauts sommets impressionnants, de se dire qu’en fin de journée on va traverser le Liechtenstein, pour aller dormir en Suisse, mais qu’avant on va s’enchainer des panoramas à couper le souffle, perdu en plein milieu du Tyrol.

J’entame donc ma boucle surprise, et dès les premiers kilomètres c’est grandiose. Impossible de rouler vite, et …impossible aussi de se concentrer sur les virages pourtant géniaux. J’ai le nez en l’air, et le regard qui scrute dans tous les sens ces reliefs majestueux. Une fois de plus, il faut le vivre pour le croire et le ressentir.

Photo dans le Tyrol à moto vers Imst.

Et ça va durer comme ça pendant tous ces kilomètres bonus, c’est maintenant certain, si j’arrive tard et fatigué ce soir, ce n’est pas grave car j’en ai encore pris plein les yeux !

Photo d'un circuit à moto dans le Tyrol.

Je rejoins ensuite mon tracé initial, et mon prochain objectif est la route de haute montagne de la Silvretta. J’avais vu que c’était un incontournable mais…je n’ai aucune idée des paysages qu’elle offre. Enfin, offre est un bien grand mot puisque…vous avez deviné ? Et oui…elle est payante. Hop 13€50 pour une moto, j’espère que ça vaut le coup d’œil ! La réponse sera immédiate…

Photo de la route de la Silvretta en Autriche dans le Tyrol.

Ca démarre donc par une vallée, c’est beau, c’est vert, je suis encadré par les montagnes, et j’ai bien l’impression qu’au loin, il y a encore de grands massifs. J’ai 22 kilomètres à parcourir alors je continue vers le col principal « Bielerhöhe » qui est à un peu plus de 2000m d’altitude. Là haut, la vue est sympa, lac, glaciers, reliefs, ça me va, mais… ce n’est pas fini.

Après une petite pause repas dans un chalet en bois, je vois que je me dirige encore vers de montagnes qui ont l’ai plutôt sympas…

Photo des paysages de la route Silvretta dans le Tyrol en Autriche.

Effectivement, les virages ne s’arrêtent plus, les panoramas sont irréprochables, et j’aurais même le droit de descendre par un mur abrupt d’épingles les unes derrière les autres.

La fin de la Silvretta signera la fin de mon road trip moto dans le Tyrol. Mais ne sortez pas les mouchoirs tout de suite ! Il reste encore du chemin avant de rentrer, et pourquoi ne pas se faire plaisir avec les plus beaux cols suisses ? Hop ! C’est aussi dans mon itinéraire à télécharger.

 

10. Rentrer du Tyrol par les plus beaux cols de la Suisse


Ce paragraphe est un bonus car il ne traite plus du Tyrol, mais pour rentrer en France, voici quelques pistes. Vous pourriez par exemple passer par le col du Klausen. Il est sur la route, il évite de prendre les autoroutes ou nationales suisses insupportables à moto, et il est splendide !

Photo de la montée du col du Klausen au retour du Tyrol.

Ensuite sur le chemin vous pouvez aussi grimper le col du Susten, une autre pépite en Suisse ! Une pause picnic face à son glacier est un souvenir qui va rester gravé longtemps.

Photo de la montée du col du Susten.

Photo du glacier du Susten.

Photo d'une moto au col du Susten.

Si vous avez le courage vous pouvez même faire un aller-retour au Grimsel. Mais tout un circuit à travers les cols de la Suisse, ce sera une autre histoire.

 

11. Où dormir dans le Tyrol ?


Comme pour les Dolomites, la région est bien coûteuse pour les nuits. Il vous faudra le prévoir dans votre budget. Je vous propose ici ma sélection avec du camping, et la chambre d’hôte et des hôtels dans le Tyrol.

Avant le Grossglockner :

  • Gasthof Fair : une auberge typique, avec un bon service et un petit-déjeuner buffet. Rien à redire et le prix est correct.
  • Tattoo Pension : bien équipé, pas trop cher, déco typique, bonne adresse.
  • Camping « Lindlerhof am See » à la ferme, avec restaurant de produits locaux, super accueil.

Partie Allemagne :

  • Haus Hohenwart : super standing, bon hôtel !
  • Campingplatz Grafenlehen.

Avant le col du Rombo :

A Imst pour la boucle au cœur du Tyrol :

  • aktivCamping Imst, très bien équipé et bien tenu.
  • Gasthof Sonne : hôtel traditionnel, avec un bon rapport qualité-prix.
  • Hotel Zum Hirschen : tarif honnête par rapport aux prestations proposées. Bel hôtel !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :